LA RECONNAISSANCE DU PERSONNEL HOSPITALIER SELON MACRON ET SES SBIRES

Quelles réponses donne

le gouvernement aux hospitaliers ?


Des titres de « superhéros » !

Des médailles le 14 juillet !

Des chèques vacances pris aux autres salariés !

Et.... Des fermetures de lits !!!

Chacun a entendu ces annonces :

► « A l'issue du Conseil des ministres, Sibeth Ndiaye a annoncé plusieurs mesures pour le personnel soignant en première ligne contre le Covid-19 :

  • un hommage leur sera rendu le 14 Juillet à l'occasion de la Fête nationale.
  • plusieurs d'entre eux intégreront une promotion unique de l'Ordre national du mérite et de la Légion d'honneur qui sera publiée le 1er janvier 2021.
  • et la "médaille de l'engagement face aux épidémies" - créée à la suite de l'épidémie de choléra de 1884 - sera "réactivée" et décernée à titre individuel ou collectif ». 

► « Cent députés de La République en Marche ont adressé, le 22 avril, une lettre à Muriel Pénicaud, la Ministre du travail, pour lui faire part d’une proposition que celle-ci a jugée très intéressante :

"les salariés pourraient, sur la base du volontariat, donner une partie de leurs congés payés ou RTT qui seraient transformés en chèques-vacances au profit des soignants."

Mais pourquoi en chèques-vacances ?

Les soignants ont déjà du mal à prendre leurs jours de congé. Les remontées du terrain sont claires : ils ne veulent pas davantage de jours de congé car il n’y a personne pour les remplacer.

"Un chèque-vacances permet de faire deux restos au lieu d’un, de faire des activités que l’on ne pourrait pas forcément se permettre, précise Christophe Blanchet, député LREM du Calvados, défenseur de la proposition ».

Ces mesures sont une insulte aux hospitaliers. 

Les hospitaliers, avec les médecins, ont fait le maximum pour soigner et pallier aux graves carences de l’Etat.

Mais les décisions gouvernementales ont fait des ravages : les fermetures de lits, le manque de place en réanimation, la destruction des stocks de masques, le refus de tester, le refus d’hospitaliser les résidents des EHPAD, ont conduit à 27 000 morts.

Les hospitaliers demandent l’augmentation des salaires… Mais les primes annoncées par le gouvernement (500, 1000, et 1500€) visent ouvertement à diviser.

Le décret publier ce jour, 15 mai 2020, confirme ce que nous craignions. Une très grande partie du personnel soignant est exclue de cette prime dans sa totalité !!! Notamment ceux de l'hôpital de Dieppe.

Pour souffler, il faut pouvoir poser ses congés… Mais le gouvernement répond avec des chèques-vacances qu’il prend dans la poche des autres salariés. Un "petit resto en famille", comme disent les députés dépositaires de cette proposition, reprise en chœur par Pénicaud et le gouvernement, améliorerait le quotidien des soignants... 

Ce n'est même pas de la compassion c'est du mépris total !!! Les hospitaliers ont besoin de moyens et de salaires décents ! Pas de larmes de crocodiles !!!

Pour ne plus connaitre une telle catastrophe il faut augmenter les lits dans les Hôpitaux… Mais les ARS refusent de rouvrir les lits fermés dans les chambres à 2 lits. A Dieppe 40 lits sont fermés. Qui peut faire confiance à l’ARS pour les rouvrir en septembre, après 6 mois de fermeture ?

Les hospitaliers veulent :

-    L’augmentation des salaires : Hausse de 15% du point indiciaire.
-    1500€ pour tous les hospitaliers.
-    Des mensualités de remplacement pour la pose des congés.
-    La réouverture des lits, maintenant !

Le gouvernement fait l’inverse. 
Préparons-nous à manifester dans la rue.

 

Retour à l'accueil