41 députés UMP déposent
une proposition de loi liberticide
contre le droit syndical

Prenant appui sur la campagne des plus virulentes, lancée
par les médias, contre les organisations syndicales, au prétexte des turpitudes de l’une des branches du Medef (la caisse noire de l’UIMM, fédération patronale), 41 députés UMP viennent de déposer une proposition de loi "visant" soit disant  "à la transparence des comptes des organisations syndicales ", présentée par Richard Maille et 40 autres députés de l’UMP.

Ils proposent ainsi que "la mise à disposition de personnel à destination des syndicats émanant de l’Etat, des collectivités territoriales ou des entreprises soit interdite". L'objectif de ces députés est donc bien de s'en prendre essentiellement et directement aux organisations de salariés.

Si un tel projet venait à voir le jour, il n’y aurait plus de droit syndical en France, car l’activité syndicale permanente ou à temps partiel ne pourrait plus être menée ni par des salariés du secteurs privés ni par des salariés du secteur public !

De même en voulant imposer que « les syndicats recueillent des fonds par l’intermédiaire d’une association de financement », il leur serait interdit de collecter les cotisations des syndiqués par leurs propres moyens, ce qui est un acquis fondamental du droit du travail garantissant leur indépendance.

Immédiatement  Bernard Thibault, Secrétaire général de la Cgt, a écrit à Xavier Bertrand, Ministre, pour lui faire par de son étonnement devant une telle démrche et de sa plus vive opposition.

Le droit syndical est une liberté fondamentale ! Défendons les libertés syndicales, élément fondamental de toute liberté et de toute société démocratique !

Répondez aux 41 députés liberticides en venant renforcer la CGT ! Syndiquez vous !
Rejoignez la CGT !

Déclaration de la CGT
Retour à l'accueil